Technologie RERM

A la différence des alimentations électriques portables, comme les batteries  qui reposent sur des procédés chimiques et physico-chimiques, la technologie RERM repose sur un procédé 100% physique et microphysique.

Depuis l’invention de la pile Volta, toutes les batteries existantes actuellement sur le marché sont des systèmes qui reposent pour moitié sur la mobilité atomique (ions) et l’autre moitié sur la mobilité des électrons. Ce processus consomme beaucoup d’énergie en interne par ce processus qui de fait est dispersif.

La technologie RERM quand à elle, repose sur un procédé purement physique qui n’est pas dispersif.
RERM est un procédé qui consiste à récupérer l’énergie des spin des électrons d’un méta-matériau lorsque celui-ci est sollicités par un champ magnétique tournant.

Champ magnétique tournant crée par deux bobines disposées à 90° l’une de l’autre :

Résultat :

 Densité d’énergie  5,52.1010 kW/m3
 Densité de puissance  350  kW/m3
 Densité d’énergie massique  1 kW/kg

 

Nous savons tous qu’un barreau de fer conserve une certaine aimantation aprés avoir été soumis à un champ magnétique ; c’est ce qu’il est convenu d’appeler l’aimantation rémanente notée Br.
Cette aimantation rémanente est non seulement plus faible mais de plus elle diminue légérement avec le temps et principalement lorsque le barreau est soumis à un champ magnétique contraire.
De nouveaux alliages ont été développés mais tous présentent la même caractéristique de base, pourquoi ?
En fait, l’aimamtation d’un barreau de matière ferromagnétique dont le fer est le premier représentant, provient de l’alignement des spins des électrons de la couche externe des atomes constituants le matériaux. Ces électrons s’alignent de proche en proche mais pas
dans le même sens dans tout le matériau, pour des questions liées à la régularité de la structure cristalline du matériau par exemple.
Les électrons s’alignent par “paquets“ dénommés domaines de Weiss, du nom de son découvreur. Ces domaines délimitent des zones dans le matériau dont les spins des paquets d’électrons sont opposés,
tendant ainsi à contrecarrer l’effet de l’aimantation apparente du domaine voisin. Ce n’est que grâce à l’inégalité du nombre de domaines dans chaque sens d’alignement, qu’il subsiste une aimantation rémanente Br qui se manifeste à l’extérieur du barreau.
Par ailleurs, on appelle méta-matériau, un matériau qui d’ordinaire n’existe pas à l’état naturel et auquel on a conféré des caractéristiques particulières comme par exemple ceux créés pour
permettre la miniaturiation des antennes des smartphones.
La téchnologie RERM© repose sur la mise au point d’un méta-matériau dont la formule est breveté et dans lequel ne subsiste qu’un seul domaine de Weiss qui s’étend à la totalité de la masse du matériau.
Ce méta-matériau qui se présente sous la forme d’une céramique inerte, écologique et totalement recyclable conserve la quasi totalité de son aimantation initiale. Lorsque ce barreau de métamatériau
est sollicité par un champs électromagnétique de haute fréquence il “chante“. Par “chanter“ il faut entendre que si le barreau de méta-matériau est soumis à un champ électromagnétique
accordé sur sa fréquence fondamentale de vibration, il restitue à l’environnement l’intégralité de l’énergie investit pour l’aimanter sous forme de trains d’impulsions qui sont collectées par une
bobine. L’énergie collectée par la bobine est ensuite convertie en courant continu et utilisée telle que ou transformée en courant alternatif 50/60 Hz pour les applications terrestres et maritimes
ou 400Hz pour les applications aéronautiques en mono ou triphasé.